Dans son Havre de gauche, Edouard Philippe a un problème avec sa droite

Par

La mobilisation sociale peut-elle se transformer en sanction politique ? Au Havre, où le premier ministre est candidat à sa réélection, la gauche veut remobiliser l’électorat qui avait déserté les urnes en 2014. Mais pour Édouard Philippe, le plus grand risque vient de sa base.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Havre (Seine-Maritime), envoyée spéciale.– Un bruit sourd retentit au milieu du brouhaha. « Casse pas la vitre ! », crient plusieurs personnes à l’homme qui est en train de donner des coups de coude à la devanture déjà brisée de la permanence d’Édouard Philippe. « Casse pas la vitre ! Elle est taguée ! »