Nicolas Sarkozy se rabougrit sur ses obsessions

Par

La grande réflexion sur l'islam initiée par Nicolas Sarkozy s'est finalement transformée en réunion à huis clos, boudée par la plupart des ténors du parti. Déconnecté de la réalité, le patron de l'opposition en est réduit à jouer les maîtres d'œuvre d'un rassemblement Potemkine, qui ne convainc personne au-delà du noyau dur militant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devait être le premier grand sujet de débat des “Républicains”. C’est finalement devenu une réunion à huis clos dont on ne saura rien. Jeudi 4 juin, quelques jours seulement après son congrès refondateur, le parti d’opposition a accueilli en son siège de la rue de Vaugirard une poignée de personnes venues discuter d’une problématique sur laquelle Nicolas Sarkozy s’est jeté dès son retour en politique. Le chômage ? L’éducation ? La crise ? Non. L’islam.