Sarkozy aussi a arrangé le dossier fiscal d'une succession

Par
Eric Woerth est pris dans une nouvelle polémique, pour son intervention dans le dossier fiscal de la succession du sculpteur César. Mais en vérité, l'exemple vient de loin. L'intervention la plus choquante de ces dernières années est celle de Nicolas Sarkozy, à l'époque ministre des finances, pour alléger les droits de succession à la charge de son «frère» Arnaud Lagardère. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire Bettencourt fonctionne comme une histoire gigogne. A l'origine, il y a l'histoire Bettencourt elle-même, qui a mis au jour d'innombrables réseaux d'influence et des conflits d'intérêts en cascade, mettant en scène en particulier l'actuel ministre du travail et ancien ministre du budget, Eric Woerth, et le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy. Mais elle a permis la révélation d'une autre intervention: celle du même Eric Woerth, alors ministre du budget, dans la succession du sculpteur César (Libération du 4 août) avec à la clé un dégrèvement de 27 millions d'euros.