A Nice, Estrosi profite du Covid-19 pour étendre son contrôle sur la population

Un arrêté municipal contraint au port du masque dans les rues du centre-ville de Nice, sous peine d’une amende de 35 euros. Le tribunal administratif a rejeté la requête d’un citoyen qui contestait sa légalité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Nice (Alpes-Maritimes).– Depuis lundi 3 août, la ville de Nice oblige les piétons à porter le masque, en plein air, dans toutes les rues du centre-ville, entre 10 heures et une heure du matin. Plusieurs haut-parleurs, installés sur les caméras de vidéosurveillance des grandes places et des artères les plus fréquentées diffusent des messages enregistrés, appelant au respect de cette nouvelle contrainte. Une ambiance oppressante, digne du film 1984 de George Orwell, règne sur la ville.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal