L’encombrant hobby de la ministre du travail

Par

Peu avant sa nomination, Muriel Pénicaud a présenté ses photos personnelles en marge d’une conférence internationale à l’Institut français de Tokyo. L’exposition a révélé le rôle d’un fonds de dotation culturel qu’elle a créé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À force de présenter les « talents » et la « créativité » des autres, la directrice générale de Business France, Muriel Pénicaud, s’est dit « Pourquoi pas moi ? ». Dans des circonstances qui ne sont pas encore éclaircies, la future ministre du travail a présenté son « book » au président de l’Institut français de Tokyo, en décembre 2016, et elle a été retenue pour une exposition personnelle de ses photos du 10 au 21 mai 2017. L’expo, intitulée « Wind under the wings [Vent sous les ailes] – Année de l’oiseau », a été inaugurée la veille de l’ouverture dans la capitale japonaise du Global Summit of Women 2017, un congrès dont la délégation française était chapeautée par Muriel Pénicaud. Selon Libération qui a signalé l’initiative, le vernissage de l’expo a été promu par le site de Business France… quelques jours avant la nomination de la nouvelle ministre du travail.