La Parisienne Libérée: «Ce ministre de l'intérieur»

Par

Cette semaine, la Parisienne Libérée chante la responsabilité politique de Manuel Valls dans le racisme ambiant.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

CE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR - la Parisienne Libérée © Mediapart

Mercredi dernier à la Mutualité, Manuel Valls s'est exprimé lors d'un meeting du parti socialiste, dont l'ambition affichée était de « défendre la république contre les extrémismes ». Officiellement, il s'agissait de démontrer l'union du parti et du gouvernement, rassemblés pour prendre la défense de Christiane Taubira.
Dans ce contexte et à quelques jours de la marche contre le racisme et pour l'égalité des droits, la tonalité de ce discours n'augure rien de bon pour l'avenir des étrangers en France.


CE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR

Paroles et musique : La Parisienne Libérée

Qui c’est qui ordonne la violence des expulsions ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui enferme les étrangers en rétention ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui pratique les contrôles au faciès ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui finance frontex et son business ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur

M. Valls
« Et c'est ce gouvernement qui a cassé les reins des groupuscules d'extrême droite [...] quand des filles aujourd'hui dans nos quartiers ne peuvent plus s'habiller comme des filles et qu'elles portent le masque [...] nous, nous voulons, sur ces sujets comme sur les autres, apaiser et rassembler au nom des valeurs qui sont les nôtres. »

Qui c’est qui embarque des familles au saut du lit ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui rabote la retraite des chibanis ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui renonce aux promesses de récépissé ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Et qui c’est qui enterre le droit de vote aux étrangers ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur

M. Valls
« Il y a un mot, je n'oserai pas dire une valeur, ce mot c'est la laïcité. La laïcité, c'est la tolérance. La laïcité, c'est l'apaisement. La laïcité, c'est l'égalité hommes-femmes et quand on combat pour la liberté et les droits de femmes, on revendique la laïcité, et on dit que nous n'accepterons jamais que dans nos quartiers populaires on nous impose une loi, une loi d'airain, celles du conservatisme, celle de l'intégrisme, qui n'a rien à voir avec la république [...] au nom des valeurs de la France. »


Qui c’est qui fabrique les queues de la préfecture ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur

Qui c’est qui fait des quartiers une caricature ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui détruit sans ménagement les campements ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui disait qu’à Évry ça manquait de Blancs ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur

M. Valls
« Combattre, dénoncer, se rassembler, faire appel à nos valeurs, bien sûr. Alors chers amis, affirmons, répétons, clamons notre devise à tous. La devise de la république, l'amour de la patrie, la liberté qui n'est pas le laisser-faire, l'égalité qui n'est pas l'uniformité, la fraternité qui protège du communautarisme [...] la république et la France. »

Qui c’est qui brise des vies en prétendant les reconduire ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui brise des reins et trouve des gens pour l’applaudir ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui tape du poing en appelant à l’apaisement ?
C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur
Qui c’est qui parle de lui comme s’il était le gouvernement ? 

C’est ce gouvernement, c’est ce ministre de l’intérieur

M. Valls
« Combattre, dénoncer, se rassembler [...] apaiser [...] combattre, dénoncer, se rassembler [...] apaiser [...] »

-------------
Les précédentes chroniques

La TVA et son contraire / Nuclear SOS / Don't buy our nuclear plant / La guerre de 13-18 / Cap vers nulle part / La Honte / Prière pour la croissance / Gaz de schissss... / L'ours blanc climato-sceptique / Mon Cher Vladimir / Fukushima-sur-Mer / L'hôpital sans lit / C'est pas pour 20 centimes / Qui veut réformer les retraites ? / Le grand marché transatlantique ne se fera pas / Austerity kills / La méthode ® / La LRU continue / Le spectre du remaniement / Amnésie sociale / Décomptes publics / Legalize Basilic / Dans la spirale / Le marché du chômage / Le châtiment de Chypre / Le chevalier du tableau noir / Le blues du parlementaire / Aéropub / Le patriotisme en mangeant / Les ciseaux de Bercy /La chanson de la corruption / Nucléaire Social Club / Le théâtre malien / La guerre contre le Mal / Le nouveau modèle français / Si le Père Noël existe, il est socialiste (2/2) / Si le Père Noël existe, il est socialiste (1/2) / Montage offshore / Le Pacte de Florange / La rénovation c'est toute une tradition / L'écho de la COCOE / Notre-Dame-des-Landes pour les Nuls / Si Aurore Martin vous fait peur / Le fol aéroport de Notre-Dame-des-Landes / Ma tierce / Refondons / TSCG 2, le traité renégocié / L'empire du futur proche / La route des éthylotests / Les experts du smic horaire / "Je respecte le peuple grec" / La bouée qui fait couler / Les gradins de la démocratie / Les casseroles de Montréal / Fralib, Air France, Petroplus... / Comme un sentiment d'alternance / La boule puante / Le sens du vent / Sa concorde est en carton / Demain est un autre jour / L'Hirondelle du scrutin / Huit morts de trop / Le rouge est de retour / Financement campagne / Je ne descends pas de mon drakkar / Quand on fait 2 % / Toc toc toc / Travailleur élastique / A©TA, un monde sous copyright / Y'a pas que les fadettes... / Les investisseurs / La TVA, j'aime ça ! / Votez pour moi ! / Les bonnes résolutions / PPP / Le subconscient de la gauche (duo avec Emmanuel Todd) / Un président sur deux / Mamie Taxie / L'usine à bébés / Kayak à Fukushima / La gabelle du diabolo / Les banques vont bien / Le plan de lutte / «Si je coule, tu coules...»

 

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

La peinture de rue initialement citée dans cette chronique a été modifiée, car l'artiste qui l'avait réalisée ne souhaitait pas qu'elle apparaisse dans ce contexte. Nous l'avons remplacée par une photographie dont l'original et les crédits sont consultables ici.