Violences antisémites : ce que disent les chiffres

Par et

L'agression contre un jeune couple juif à Créteil exprime les tensions d'une France de plus en plus intolérante. Notre pays est-il touché par une vague d'antisémitisme ? Les statistiques montrent une fréquence accrue des actes antisémites, mais l'opinion ne manifeste pas un tel mouvement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’agression contre un jeune couple juif, lundi 1er décembre à Créteil, dont « le caractère antisémite semble avéré » selon le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, survient dans un contexte chargé : au cours des six premiers mois de 2014, le nombre d’incidents antisémites recensés en France par le ministère de l’intérieur s’est élevé à 327, alors qu’on en avait compté 423 pour toute l’année 2013. Un pic a été observé en janvier, après l’interdiction des spectacles de Dieudonné et la manifestation Jour de colère, avec 85 actions et menaces à caractère antisémite, plus que pour l’année 1999 tout entière. Depuis le début des années 2000, le nombre d’incidents antisémites enregistrés chaque année est 6 à 10 fois supérieur à ce qu’il était pendant la décennie 1990.