Roms: le maire de Champlan est un récidiviste

Par et

Le maire divers droite de Champlan, qui a refusé d'inhumer un enfant rom, n'en est pas à son coup d'essai. Lors d'un récent conseil municipal, il fustigeait cette communauté. Quelques jours plus tôt, il avait attisé les peurs à propos d'un cas supposé de tuberculose.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le maire divers droite du village de Champlan (Essonne), qui a refusé d’inhumer Maria Francesca, le bébé décédé au lendemain de Noël, a beau se poser en victime, il n’en est pas à son coup d’essai à l’égard des familles roms installées dans sa commune. Mediapart s’est procuré l’enregistrement du conseil municipal du 28 novembre 2014 au cours duquel Christian Leclerc stigmatise ouvertement les enfants de cette communauté scolarisés et nourrit les préjugés en les opposant aux « petits Champlanais et petites Champlanaises » qui « eux prennent une douche tous les matins ».