Au Café Charlie de Vesoul, un an de discussion citoyenne

Par Thomas Haley

Dès le 8 janvier 2015 à Vesoul, quelque 2 500 personnes manifestaient en réaction à l'attentat contre Charlie Hebdo. Avant même la prise d'otages à l'HyperCacher. De là est née l'idée d'un Café Charlie, lieu de rencontres entre citoyens où seraient questionnés la laïcité, le droit au rire, le rapport aux religions… Quinze séances ont été organisées en 2015. Mediapart a filmé les échanges et recueilli les réflexions. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était le 8 janvier 2015, à Vesoul, en Franche-Comté. La première manifestation citoyenne de France, au lendemain de la tuerie de Charlie Hebdo et du rassemblement à Paris, place de la République. La prise d’otages au magasin HyperCacher deux jours plus tard a ajouté la haine antisémite à l’attaque meurtrière contre des journalistes, des dessinateurs et la liberté d’expression. Après la grande marche nationale du 11-Janvier, Philippe et d’autres compagnons de Vesoul se sont dit qu’il fallait faire quelque chose, ne pas laisser passer, une fois l’émotion tombée, le fait que de jeunes Français avaient tué d’autres Français pour une histoire de blasphème ! Il fallait essayer de comprendre, trouver des mots pour expliquer cette barbarie qui surgit en France.