Le «retour» de Cazeneuve ravive les tensions au sein d’un PS sans boussole

Par

L’ancien ministre de l’intérieur de François Hollande fait son grand retour médiatique avec, en ligne de mire, la présidentielle de 2022. Ses soutiens jouent aussi leur partition dans le cadre d’une lutte tactique à l’intérieur du parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est bien connu, la politique est un sport de combat. Et Bernard Cazeneuve sait placer ses uppercuts. La scène se déroule ce jeudi 5 septembre au Palais des papes, à Avignon. L’ancien ministre de l’intérieur de Manuel Valls, qui fut ensuite son successeur à Matignon lors de la fin de règne de François Hollande, a été invité par les parlementaires socialistes à participer à leur séminaire de rentrée. Posté derrière un pupitre, en cravate mauve et costume indigo, il achève son discours en faisant allusion à la série d’articles du Monde relatant par le menu les petites phrases assassines des camarades socialistes sur l'ancien président. Il serait bien que son parti en finisse avec cette fâcheuse tendance aux « propos malveillants à l’égard d’autrui », lance-t-il sous les applaudissements. Puis de s'indigner : « Quand j’entends parler de “trahison”… »