«Le Syndrome du Titanic», cinéma pompier de la planète

Par

«Le Syndrome du Titanic» de Nicolas Hulot sort aujourd'hui sur les écrans. C'est un film «born again» pétri de références religieuses et d'images doloristes. Un film aussi planant peut-il avoir des vertus pédagogiques? Une grande séance de zapping, ponctuée d'images chocs, peut-elle éclairer la raison? Pas sûr. Voulant faire rêver d'un monde meilleur, il ne parvient qu'à faire peur avec une autre fin du monde possible.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Le Syndrome du Titanic» de Nicolas Hulot est sur les écrans. C'est un film «born again» pétri de références religieuses et d'images doloristes. Un film en forme de grande séance de zapping, ponctuée d'images chocs, peut-il éclairer la raison? Pas sûr.