Castaner pointe des "dysfonctionnements" à la préfecture de police

Par
Le dossier administratif de l'agent qui a tué quatre personnes jeudi à la préfecture de police de Paris ne contenait aucun élément sur sa radicalisation, a déclaré dimanche Christophe Castaner, excluant de démissionner pour avoir déclaré à chaud que l'assaillant n'avait jamais présenté de signe d'alerte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Le dossier administratif de l'agent qui a tué quatre personnes jeudi à la préfecture de police de Paris ne contenait aucun élément sur sa radicalisation, a déclaré dimanche Christophe Castaner, excluant de démissionner pour avoir déclaré à chaud que l'assaillant n'avait jamais présenté de signe d'alerte.