Danièle Linhart : « Taylorisme et management moderne, même combat »

Par

Dans l'ouvrage La Comédie humaine du travail, la sociologue Danièle Linhart rapproche taylorisme et management moderne. Le résultat est le même avec un travail qui perd son sens et précarise le salarié.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À première vue, il n’y a pas de point commun entre la logique du management moderne et celle qui a prévalu dans le taylorisme. La première mise tout sur la subjectivité, la personnalité des salariés et tend à « psychologiser » les rapports de travail. La seconde, inspirée par Taylor, le père de l’organisation scientifique du travail, a aliéné des générations d’ouvriers, les condamnant à être des robots strictement astreints aux tâches et consignes, niant leur être, leur état d’esprit, leurs états d’âme, leurs savoirs. Et pourtant, malgré les contrastes apparents, c’est la même orientation qui prime pour mieux dominer et accroître les rentabilités : celle d’une déshumanisation systématique des travailleurs d’hier et d’aujourd’hui.