«La fraternité est faite de nerfs, de joie et de sens»

Par

Christiane Taubira salue le Conseil constitutionnel, qui a censuré une partie du « délit de solidarité ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Par à-coups et saisons de confusion, des charlatans maîtres ès approximation prétendent que la droite se définit par la liberté, quand la gauche aurait des obsessions sur l'égalité. » Mais l'auteur de ces lignes, l'ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, défend le deuxième principe de la devise républicaine, la fraternité. Et elle salue le Conseil constitutionnel, qui vient de lui donner une valeur constitutionnelle en l'opposant à une partie du « délit de solidarité », consistant à aider des étrangers à vivre en France.