Au tribunal, Cahuzac navigue entre sous-entendus et contrition

Par

Au deuxième jour de son procès, l’ex-ministre du budget n’a fourni aucun élément concret pour étayer la thèse du compte suisse consacré au financement occulte du courant Rocard. Ses propres turpitudes, en revanche, le plongent dans un profond embarras.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « J’ai des comportements à risques. » « J’ai plutôt la culture du risque que celle de l’évitement. » Autant de formules assénées ce mercredi par Jérôme Cahuzac à la barre du tribunal correctionnel de Paris pour tenter d’expliquer l’inexplicable. Serait-ce la seule clef intime de toute son existence ?