Le bilan de la loi sur la prostitution divise les associations

Par

Appliquée de façon hétérogène, la loi d’avril 2016 pénalisant les clients a, selon ses détracteurs, précarisé les prostituées. Ses promoteurs avancent les premiers parcours de sortie et un changement de regard sur les prostituées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La députée LREM du Var Valérie Gomez-Bassac s'est déclarée le 4 septembre  favorable à l'ouverture de maisons closes – « Ne serait-ce que pour les sécuriser et bénéficier de conditions correctes » – en dénonçant l'hypocrisie qui entoure selon elle la prostitution. « La solution n'est pas de s'attaquer aux clients, c'est très difficile pour la gendarmerie et cela n'enlève rien aux réseaux existants », a-t-elle affirmé sur France Bleu Provence.