Michel Sapin : «Il faut renforcer les peines» visant les élus

Par

Le coordinateur du projet de François Hollande réagit à la mise en examen d’Eric Woerth pour trafic d'influence passif. Près de vingt ans après la loi Sapin sur les comptes des partis politiques, il demande de nouvelles mesures et appelle à un « changement de pratiques ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En janvier 1993, après des débats très houleux au Parlement, était définitivement adoptée la loi dite Sapin sur la corruption, dont un volet réglementait les dons pour les partis politiques. Cette loi complétait celle de 1988 avant d’être prolongée par une nouvelle loi en 1995. Près de vingt ans après, son auteur, Michel Sapin, coordinateur du projet présidentiel de François Hollande, revient sur la mise en examen d’Eric Woerth, ce 8 février, pour trafic d'influence passif dans le cadre de l’affaire Bettencourt.