A Thionville, les coulisses de la fraude électorale aux «petits vieux grabataires»

Par

Une enquête judiciaire a décortiqué le système de procurations frauduleuses obtenues auprès de personnes âgées vulnérables, orchestré lors des municipales de 2014 par un flic ripou et deux collaboratrices de la députée maire LR de Thionville, Anne Grommerch. Mediapart a obtenu de nouveaux éléments qui contredisent la défense de l'édile, qui avait affirmé ne rien savoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La députée-maire Les Républicains de Thionville (Moselle), Anne Grommerch, va-t-elle être convoquée chez le juge ? C’est la question qui agite cette ville de 41 000 habitants depuis que trois de ses proches ont été mis en examen en octobre dernier pour « faux », « usage de faux » et « manœuvres frauduleuses tendant à enfreindre les conditions de vote ». Il s’agit d’un policier véreux, de la plus proche collaboratrice d’Anne Grommerch et d’une de ses colistières. Ils sont soupçonnés d’avoir établi au moins 36 procurations illégales auprès de « petits vieux grabataires » pour faire gagner la candidate UMP (devenu LR) lors des municipales 2014, remportées avec seulement 77 voix d’avance face au maire sortant socialiste, Bertrand Mertz.