Réforme des institutions : le PS exige une réforme du Sénat

Par
Reçus le 7 mai à Matignon, les dirigeants socialistes ont évalué les marges de négociations et de compromis sur la réforme des institutions. Le premier ministre refuse de toucher aux différents modes de scrutin existants. Les socialistes, pour leur part, veulent relancer le vieux débat sur la réforme du Sénat où la sur-représentation des petites communes rurales garantit toujours à la droite une confortable majorité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Jusqu'à hier encore, ils étaient brouillons. Faute de savoir sur quels points de la réforme des institutions Matignon était prêt à négocier, les socialistes peinaient à formuler leurs exigences, à se positionner. Le fabiusien Philippe Martin résumait : «La fébrilité atteint nos députés.» Dans les starting-blocks, mais incapables de se caler.