A PSA-Poissy, menacé de licenciement pour une paire de gants

Par

Débrayage ce mardi 9 juin à l'usine automobile PSA-Poissy où un salarié est convoqué à un entretien préalable de licenciement pour avoir oublié une paire de gants usagés dans son sac.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans toutes les usines de France, leur journée de travail terminée, des contremaîtres et des chefs d’équipe regagnent leurs pénates en chaussures de sécurité, gants et bleu de travail. Ils le font par confort, commodité, pour gagner cinq minutes en n’ayant pas à repasser par la case “vestiaires”. À l’usine PSA-Peugeot-Citroën de Poissy, en région parisienne, où l’on fabrique la C3, « c’est le cas depuis toujours », dit un syndicaliste. Et la direction ne s’est jamais offusquée de cet usage qui n’a jamais choqué personne. Jamais elle n’a crié au voleur. Mais le traitement réservé aux uns n’est pas celui qu’elle réserve aux autres : les ouvriers, les opérateurs, sur les chaînes de montage.