L’État impose au CNRS la vente d’un site convoité

Le CNRS ne voulait plus vendre une partie de son site de Meudon, estimant la proposition des promoteurs privés trop basse. Mais la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Sylvie Retailleau maintient.  « Une opération scandaleuse », clament les représentants des agents.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le procédé a de quoi surprendre. Le 25 janvier 2023, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Sylvie Retailleau, envoie un courrier au président du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), lui ordonnant de vendre une partie de son site de Meudon, dans les Hauts-de-Seine. Tout le personnel présent sur place doit avoir, dans cette optique, vidé les lieux avant le 15 mars, soit dans six petites semaines, et la décision devra être validée à l’occasion d’un conseil d’administration exceptionnel le vendredi 10 février 2023.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal