Gilets jaunes et roses pour un nouveau samedi d'action

Par
En quête d'un nouveau souffle, les "Gilets jaunes" ont une nouvelle fois manifesté ce samedi pour une 17e journée d'action dans laquelle se sont parfois mêlées d'autres mouvements de revendication.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - En quête d'un nouveau souffle, les "Gilets jaunes" ont une nouvelle fois manifesté ce samedi pour une 17e journée d'action dans laquelle se sont parfois mêlées d'autres mouvements de revendication.

A Paris, où plusieurs rassemblements et défilés étaient prévus, un cortège s'est ébranlé en fin de matinée dans le calme de l'arc de Triomphe pour descendre les Champs-Élysées à destination de la station RER de Port Royal dans le sud de la capitale où il devait se disperser en fin d'après-midi.

Sur l'avenue des Champs-Élysées, des "Gilets roses", des assistantes maternelles venues protester contre la réforme de leur assurance-chômage, formaient une tache brillante sur les images des chaînes de télévision au côté des habituels "Gilets jaunes" et des tenues sombres d'autres manifestants.

Des femmes venues dénoncer les violences sexistes, tenaient à plusieurs une large banderole où l'on pouvait lire : "Femmes précaires, femmes en guerre".

"Peuple exploité debout", "urgences climat", "Détruisons le patriarcat, pas le climat", clamaient d'autres manifestants par pancartes et banderoles interposées.

Sur le pont d'Iéna, occupé par des manifestants, quelques centaines de militants affichaient également leurs préoccupations écologiques au pied de la tour Eiffel : "Justice climatique et sociale même combat", disait une large banderole jaune et verte.

Des manifestations sont également prévues ailleurs en France, notamment dans autres grandes villes.

Les autorités n'avaient pas encore communiqué de chiffres de la participation à la mi-journée.

Samedi dernier pour la 16e journée d'action, 39.300 personnes avaient manifesté dont 4.000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur, contre 46.600 (dont 5.800 dans la capitale) la semaine précédente.

Tout en cherchant à fédérer d'autres causes, les "Gilets jaunes" maintiennent leur revendication principale, d'une amélioration de leur conditions de vie et de leur pouvoir d'achat. Certains estiment que le gouvernement doit prendre des mesures fortes pour réunir les sommes nécessaires pour financer les réformes et notamment la transition écologique.

Les "Gilets jaunes libres" proposent ainsi de "renationaliser les autoroutes", a indiqué leur porte-parole Benjamin Cauchy, qui était interrogé par la chaîne de télévision BFMTV.

"Il y a de l'argent en France", a-t-il dit. Il faut aller le chercher là où il est."

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale