A Toulouse, des «dispensaires» pour éviter ce qui s’est passé dans l’Est

Par

À Toulouse, pour tirer des leçons du Grand Est, des centres de consultation « spécial Covid-19 » ont été montés en urgence dans des centres sociaux ou culturels. Objectif : sanctuariser les cabinets de généralistes et prévenir l’engorgement des hôpitaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Toulouse (Haute-Garonne), de notre correspondant.– Assis derrière un bureau d’écolier dans une salle vide d’un centre culturel fermé au public, le docteur rajuste les lunettes sur son nez au-dessus du masque chirurgical, les yeux rivés sur son écran d’ordinateur portable : « La semaine dernière, ça a été 6, 2, 1, 0, 0, 0… et 0 ! Et aujourd’hui, il n’y a eu qu’une personne. » Pierre assure ce lundi la permanence du centre Covid-19 à Bellefontaine, au cœur du Mirail, non loin du quartier où il est installé comme généraliste.