A Aubervilliers, un collectif de sans-papiers est dans l’angoisse d’une énième expulsion

Par Nejma Brahim

Reportée avec l’état d’urgence sanitaire, la trêve hivernale prend fin vendredi 10 juillet ; les populations les plus précaires risquent désormais une remise à la rue. À Aubervilliers, le collectif Schaeffer, composé de sans-papiers, se prépare à une expulsion prochaine sans proposition de relogement, alors qu’il a fait valoir son droit à l’hébergement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

18 heures, rue de Valmy, début juillet. Il faut longer une route cabossée par les travaux, reliant la commune de La Courneuve à celle d’Aubervilliers, pour entrevoir le portail vert donnant sur le hangar de l’ancien magasin Promocash. C’est ici que le collectif Schaeffer, né en 2016 à l’initiative de plusieurs sans-papiers originaires d’Afrique de l’Ouest, a élu domicile un an et demi plus tôt – après son expulsion d’un premier squat avenue Victor-Hugo, puis d’un second rue Schaeffer.