The Conversation: à la recherche du temps perdu de la lutte antiterroriste

Le site The Conversation publie une analyse sans concession des errements de la lutte antiterroriste française. Exemples à l’appui, le chercheur Yves Trotignon pointe les contre-vérités assénées par certains hiérarques des forces de l’ordre. Ravageur.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Les crimes de Mohamed Merah à Toulouse et Montauban, au mois de mars 2012, marqueraient l’entrée de notre pays, au moins aux yeux du public et des responsables politiques, dans une nouvelle ère du terrorisme. C’est à partir de cette période que certains ont d’ailleurs commencé à évoquer, sans vraiment convaincre, l’émergence de soi-disant néodjihadistes ou l’apparition de modes opératoires inédits. Quelques heures après la mort du terroriste, à l’issue d’un interminable siège, on a même entendu un policier d’élite s’exclamer : “Rendez-vous compte, il nous a tiré dessus !” C’est, en effet, ce que font les terroristes face aux forces de l’ordre, et ça ne date pas d’hier. […] Au cours de l’automne 2014, les autorités gouvernementales françaises sont d’ailleurs tellement certaines qu’un attentat va se produire sur le territoire national que les services du premier ministre se préparent à la gestion d’une crise et rédigent des éléments de langage. À défaut d’éviter le pire, chacun se prépare à le gérer, au moins parmi les responsables politiques. […] Dans les services, force est de constater que la mobilisation des énergies ne s’accompagne pas d’une réflexion stratégique. Alors que les signaux passent tous au rouge en quelques mois, l’impensable ne semble pas être envisagé. Ni chez les uns ni chez les autres, on ne détecte ou on ne corrige les impasses ou les manquements – suivi des filières yéménites ? coordination entre les services intérieurs ? transmission des dossiers ? entraînement des unités d’intervention ? etc. – qui faciliteront le passage à l’acte des frères Kouachi puis d’Amedy Coulibaly, au début du mois de janvier 2015. […] Le confort trompeur de succès ponctuels contre des ennemis qu’on méprise et qu’on n’étudie pas prend toujours fin dans les larmes. 2015 est née de 2012, elle-même issue d’une période de certitudes sans fondement. L’accalmie actuelle ne doit pas plus nous abuser, et le nombre d’attentats déjoués ces derniers mois, parfois grâce à l’action de simples citoyens, confirme s’il en était besoin que la menace djihadiste ne va pas disparaître avec la défaite militaire annoncée de l’État islamique en Syrie et en Irak. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean