Valérie Pécresse cherche son second souffle

Lâchée par Éric Woerth, éreintée par Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse a connu un mercredi éprouvant. Elle ne s’est pas rendue au lancement de son comité de soutien, où elle aurait pu saisir le flottement de ses troupes. Son premier grand meeting, prévu dimanche à Paris, s’annonce comme une épreuve de vérité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dans le fond, la nouvelle n’a pas étonné grand monde. Voilà des mois qu’Éric Woerth traînait son spleen sur les bancs de l’Assemblée nationale ; qu’il affichait aussi une curieuse mansuétude à l’égard de la majorité. Depuis la désignation de Valérie Pécresse comme candidate à l’élection présidentielle, il n’avait pas lâché la moindre expression de soutien à l’égard de son ancienne collègue au gouvernement, si bien que chacun·e avait compris ce qui se tramait en coulisses.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal