A Nice, au procès d’une femme rom, «ils ont condamné la pauvreté»

Par

À Nice, une jeune mère de famille rom a été condamnée à un an de détention pour maltraitance sur ses enfants, sur foi du témoignage de trois commerçants. Alors que le maire de Nice Christian Estrosi (LR) mène une campagne anti-mendicité, la LDH s’inquiète de cette « façon d’éloigner les SDF de Nice ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Nice, les sans-abri ne sont pas les bienvenus, surtout pendant la saison touristique. Le maire Christian Estrosi (LR) a signé, le 22 juin 2018, un arrêté interdisant jusqu’au 30 septembre la mendicité dans plusieurs lieux du centre-ville. Dans le même temps, la municipalité a décidé de couper l’eau d’au moins une de ses fontaines, située place du Pin, dans le quartier du port. Cette décision a été prise à l’issue d’une réunion avec des commerçants, là encore, selon Nice Matin, dans le but d'« éloigner les SDF ».