Ecureuil: un «conduit» vers 500 millions de pertes

Par
La presse a beaucoup parlé des 751 millions d'euros perdus dans le courant du mois d'octobre 2008 par les Caisses d'épargne. Mais personne, ou presque, ne s'est intéressé à une autre affaire, presque identique, celle du « Conduit Sémillon », qui a fait perdre à la banque de 435 millions à 500 millions d'euros sur des marchés ultrarisqués.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Radios, télévisions et presse écrite ont beaucoup parlé des 751 millions d'euros perdus dans le courant du mois d'octobre 2008 par les Caisses d'épargne. Mais personne, ou presque, ne s'est intéressé à une autre affaire, presque identique, celle du «Conduit Sémillon», qui a fait perdre à la banque pas loin de 435 millions d'euros. Et peut-être plus encore: 500 millions d'euros. C'est Le Canard enchaîné, le 26 août, sous la signature du journaliste Hervé Lifran, qui a révélé l'histoire. Mais elle est aussitôt tombée dans l'oubli : pas une ligne, pas un commentaire! Evoquée récemment par Mediapart (dans cet article), elle est pourtant très instructive. Nous avons donc décidé de mener notre propre enquête sur ce mystérieux «Conduit Sémillon»; et ce que nous avons découvert vient compléter le tableau qui commence à transparaître des trois premiers volets de notre enquête sur les Caisses d'épargne: la banque a multiplié les erreurs ou les dysfonctionnements, sans que les autorités de contrôle ou de tutelle y mettent bon ordre. Du moins suffisamment tôt pour que la catastrophe prévisible ne soit évitée.