Pourquoi Hollande laisse à Valls les pleins pouvoirs

Par

L'affaire Dieudonné en est une nouvelle démonstration : Manuel Valls est “le vrai président”. Deux ouvrages de journalistes politiques au cœur du pouvoir, publiés en cette rentrée de janvier, éclairent davantage la relation entre le président et son ministre de l’intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’un parle et s’agite, l’autre ne dit mot et consent. La relation entre Manuel Valls et François Hollande s’est, tout au long de ce début du quinquennat socialiste, imposée comme le cœur médiatique de l’action politique gouvernementale. Au point que le ministre de l’intérieur, encore une fois seul sur le devant de la scène publique dans l’affaire Dieudonné, est devenu la plus visible et incontournable des incarnations du pouvoir hollandais, élu le 5 mai 2012. La presse commente et analyse régulièrement la singularité de ce duo qui s’impose à tous les autres ministres, Jean-Marc Ayrault le premier (lire nos articles ici, ou ici), mais rarement on a entendu les intéressés s’exprimer sur la nature de leur relation.