«Gilets jaunes» et médias, deux mondes qui se regardent sans se comprendre

Par

La fracture entre les « gilets jaunes » et les médias traditionnels semble irrémédiable. Les journalistes, qui cachent parfois mal leur mépris face au mouvement, sont la cible d’injures, de menaces et parfois même de coups. Loin des plateaux et des studios classiques, un écosystème cohérent, accueillant pour les militants, a éclos sur les groupes Facebook.   

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis bientôt deux mois, le mouvement des « gilets jaunes » donne à voir le fossé qui se creuse, chaque jour un peu plus, entre les médias traditionnels et les citoyens mobilisés sur les ronds-points, les barrages et ailleurs. De part et d’autre, la suspicion le dispute au mépris, et la rupture semble irrémédiable.