«Des évolutions sont encore possibles sur la loi sur le travail»

Par

Quelques jours après l'adoption du texte de loi El Khomri en commission des affaires sociales de l'Assemblée, le rapporteur du texte, le député PS Christophe Sirugue, explique les modifications apportées, répond au Medef comme aux syndicats qui y sont toujours opposés et assure aux députés qu'il reste des marges de manœuvre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a terminé jeudi dernier l’examen du projet de loi sur le travail, dit loi El Khomri (voir ici le dossier législatif sur le site de l’Assemblée). Sans modifier en profondeur le texte, décrié par les syndicats CGT, FO et Solidaires, ainsi que par les organisations lycéennes et étudiantes, les membres socialistes de la commission ont modifié notamment une partie de l’article sur le licenciement économique, en le modulant par taille d’entreprise. En revanche, les députés n’ont pas touché, pour le moment, au périmètre d’appréciation des difficultés des entreprises, qui reste le cadre français.