Migrants: l'Elysée entre silence, contradictions et ligne droitière

Les expulsions en plein Paris soulignent la ligne droitière du gouvernement et la tétanie d'une partie de la gauche face à ces sujets jugés inaudibles dans une part grandissante de son électorat. François Hollande a commandé un plan pour l'hébergement d'urgence des migrants.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après Leonarda, La Chapelle. L’expulsion violente des migrants sur le parvis de la Halle Pajol, lundi à Paris, renvoie la gauche au pouvoir à ses contradictions. Ou plutôt à ses silences. Très peu de voix se sont élevées depuis pour critiquer la démesure de l’action des forces de l’ordre, et rappeler le gouvernement aux principes d’accueil et d’asile dont le PS se fait de moins en moins le porte-voix.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal