Diversité: des élus UMP tapent du poing sur la table

Par

Le MoDem propulse un militant d'origine antillaise inconnu au bataillon chef de file en Ile-de-France. Le PS confie la tête de liste du Val-d'Oise à un fils d'émigré malien de 29 ans, ancien porte-parole des familles pendant les émeutes de Villiers-le-Bel. Et pendant ce temps-là, l'UMP, qui avait frappé fort en installant le trio Dati-Yade-Amara au gouvernement, s'englue dans les accords avec ses partenaires de la majorité, délaissant ses élus dits «de la diversité». A trois mois des régionales, certains d'entre eux tapent du poing sur la table.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont ancien conseiller de l’Elysée, haut fonctionnaire, assistant parlementaire, élu de terrain, militant associatif. Tous sont issus de la diversité et militent dans les rangs de la majorité présidentielle. Tous estiment que l’UMP «n’est pas à la hauteur en matière de diversité».