Etat d'urgence: «La Constitution ne peut être ni un recours politique, ni un code pénal»

Par

Jean-Philippe Derosier est professeur agrégé de droit public à l’université de Rouen. Favorable à la constitutionnalisation de l’état d’urgence, il critique une réforme précipitée et s’insurge contre la déchéance de nationalité pour tous les binationaux, soumise au Conseil d’État par le gouvernement. Enfermer préventivement les fiches S serait un « Patriot act à la française », prévient-il.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Philippe Derosier est professeur agrégé de droit public à l’université de Rouen et directeur scientifique de la revue Jurisdoctoria. Proche du PS, il a défendu plusieurs projets de loi du gouvernement, dont la loi renseignement. Sur la réforme constitutionnelle, il est beaucoup plus nuancé : il est favorable à la constitutionnalisation de l’état d’urgence, même s’il critique son caractère précipité. Surtout, il s’insurge contre la mesure de déchéance de nationalité pour tous les binationaux, soumise au Conseil d’État. Entretien.