Le pouvoir, pâle exécuteur de lois

Par
Lors de ses vœux aux parlementaires, Nicolas Sarkozy a félicité les élus pour leur travail. Publié juste avant, un rapport venait pourtant de les rappeler à la réalité: nombre de lois votées l'an passé ne sont toujours pas entrées en vigueur. La faute aux ministères.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Président Sarkozy est content: ses députés et sénateurs ont bien travaillé. «Vous pouvez êtes fiers», leur a-t-il lancé, mercredi 12 janvier, lors de ses vœux à l'Elysée. «Le mouvement réformateur que nous insufflons à notre pays ne faiblit pas», «Nous avons tenu la feuille de route», bla-bla-bla. Deux jours plus tôt, pourtant, le Sénat publiait un rapport à rendre complètement chèvres les parlementaires: sur les 35 lois promulguées pendant la session 2009-2010 qui nécessitaient des textes ministériels pour entrer en vigueur (arrêtés, circulaires, etc.), trois seulement ont pu venir en application!