A Fos-sur-Mer, la pollution touche les aliments

Par

Une étude inédite révèle la présence importante de dioxines et de PCB dans la viande de taureau ou les moules.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les 100 000 habitants de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) savent qu’ils subissent les conséquences d’habiter aux portes d’une des plus grandes zones industrialo-portuaire d’Europe. L’air y est pollué, peu en doutent. Mais ils ne savaient peut-être pas que la viande, les œufs ou les moules qu’ils consomment localement sont aussi contaminés par la pollution. C’est ce que révèle une étude de l’Association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos. La mairie a décidé, après quinze ans d’alertes, de le transmettre à la justice avec le dépôt d’une plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui.