Il parle à «Lundi matin» en prison, il en subit les conséquences

Par

Antonin Bernanos, condamné pour l’incendie d’une voiture de police, est la cible de mesures répressives à la suite d’un entretien accordé par écrit au site proche du Comité invisible.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lundi 29 janvier, le site Lundi matin publiait un entretien avec Antonin Bernanos, détenu à la prison de Fleury-Mérogis. Il y évoquait notamment les conséquences des grèves des surveillants sur la vie des personnes incarcérées et la manière dont l’administration pénitentiaire contient toute forme d’organisation collective des détenus.