Cédric Herrou coupable de «militantisme»?

Par

Grâce au combat de cet éleveur de la Roya, le Conseil constitutionnel a, en juillet 2018, consacré « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire ». Pas suffisant aux yeux de l’avocat général de la cour d’appel de Lyon qui réclame de la prison pour « militantisme fort et revendiqué ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Lyon.– Cédric Herrou a fait consacrer le principe de fraternité par le Conseil constitutionnel, mais ce n’est pas suffisant aux yeux de l’accusation pour lui appliquer cette avancée. Traitant l’agriculteur de « hors-la-loi qui a fait le choix de la délinquance », l’avocat général Fabrice Tremel a requis contre lui huit à dix mois de prison avec sursis devant la cour d’appel de Lyon, mercredi. Son tort ? Vouloir « mettre en échec les politiques migratoires » et être « prêt à recommencer ».