A Grenoble, l’écologiste Piolle fait face à «la primaire de la macronie»

Par

Pour asseoir la crédibilité d’EELV comme force d’alternance, la réélection de la coalition rouge-verte grenobloise est indispensable. Éric Piolle affronte des opposants farouches mais fragmentés. Parmi eux : le socialiste Olivier Noblecourt, la macroniste Émilie Chalas et l’ancien maire de droite Alain Carignon. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Seul contre tous. Jeudi soir à la maison du tourisme de Grenoble, c’est la position inconfortable qu’occupait Yann Mongaburu, représentant de l’équipe municipale sortante, face aux tirs croisés de toutes les autres têtes de liste présentes, de l’extrême droite à l’extrême gauche. On comprend qu’Éric Piolle, le maire EELV, ait préféré se décommander de ce débat organisé par le journal en ligne Place Gre’net, et passer sa soirée en meeting auprès des Grenoblois.