Européennes: le PS reste sans voix

Par
Le parti socialiste ne sait pas par quel bout prendre le scrutin européen du 7 juin, cherchant à limiter la casse tout en recollant les morceaux de son unité perdue. Objectif pour Martine Aubry: renouer avec la base électorale du PS. Problème: le parti peine à incarner une alternative européenne et reste inaudible face à l'entrée en campagne de l'UMP, qui continue de brandir haut les couleurs de l'ouverture. Ses efforts de reconquête du terrain demeurent parasités par Bayrou sur sa droite et Besancenot sur sa gauche. Tandis que Ségolène Royal poursuit sa marche à côté du parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme un mauvais moment à passer. Depuis son entrée en campagne électorale, le parti socialiste continue d'être inaudible devant le rouleau compresseur de l'UMP. Au point d'avoir même fait le deuil d'une victoire au soir du 7 juin. Martine Aubry ne ménage pourtant pas ses efforts, multipliant les meetings et s'affichant aux côtés des différents leaders socialistes européens. Mais l'entrée en scène de l'UMP laisse le PS sans voix.