mot de passe oublié
Live
Parrainnez vos amis

Rendez-vous en direct du Palais des sports de Grenoble dès 16h

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre spéciale d'abonnement : 6 mois à 20€ (au lieu de 54€)

ABONNEZ-VOUS
Mediapart dim. 7 févr. 2016 7/2/2016 Édition de la mi-journée

Procès Clearstream : Villepin en victime de Sarkozy

12 mai 2011 | Par Michel Deléan
Mis en difficulté devant la cour d'appel de Paris, Dominique de Villepin contre-attaque sur le thème de l'acharnement de Nicolas Sarkozy contre lui.

Cet article est en accès libre.

C'est une colère froide. Un fond de rancune mal digérée, et qui remonte soudainement. Est-ce parce que le général Rondot se cramponne obstinément à ses fameuses petites fiches, qui le mettent souvent en difficulté? Parce que les questions, ciselées au millimètre, de l'avocat général l'agacent prodigieusement? Toujours est-il que Dominique de Villepin livre avec fougue sa conviction profonde, jeudi 12 mai en fin d'après-midi, devant la cour d'appel de Paris. S'il est le seul responsable politique à être jugé dans l'affaire Clearstream, clame-t-il, il le doit uniquement à Nicolas Sarkozy.

Le coup d'éclat se produit au moment où la cour d'appel interroge le général Rondot sur sa note du 19 juillet 2004. A cette époque charnière, les listings trafiqués de Clearstream commencent à circuler dans Paris, dans les médias notamment, alors même que le général Rondot, la DGSE puis le DST alertent leurs tutelles respectives sur le fait que des noms et des opérations y ont été rajoutés, et qu'il s'agit de faux. La panique gagne certains acteurs, qui laissent pourtant le juge Van Ruymbeke poursuivre son enquête sans le prévenir que les listings sont faux.

Depuis la fin mars 2004, Villepin a succédé au ministère de l'intérieur à Sarkozy, nommé à Bercy. La fameuse note de juillet du général Rondot est explosive, et sujette à interprétation. Elle retranscrit notamment ce propos, attribué à Villepin, à qui le général rapporte ce jour là que les listings de Gergorin sont faux, et qu'il s'agit vraisemblablement d'une manipulation: «Si nous apparaissons le président de la République et moi, nous sautons.»

Villepin se lève vivement. «Cette phrase évoque l'entretien avec Nicolas Sarkozy, qui était furieux à propos d'un soi-disant rapport de la DST sur cette affaire, et qui me dit clairement, en me raccompagnant à ma voiture: si nous lui cachons ce rapport, le président de la République et moi, nous aurons des ennuis

Selon Villepin, la note du général Rondot n'exprimerait donc que cette inquiétude là. «A cette époque, des gens font courir dans Paris la rumeur que ce sont le président de la République et moi-même qui avons monté une machination, expose Villepin. Mes inquiétudes sont politiques, elles sont médiatiques, pas judiciaires. D'autant que nous savons que Nicolas Sarkozy et son entourage désignent dès l'origine des coupables: le président de la République et moi-même.»

Villepin, qui nie catégoriquement être pour quoi que ce soir dans la folie Clearstream, hausse la voix. Il évoque une «pression» forte mise par Sarkozy, une «impression photographique» donnée à ce dossier, et qui est demeurée depuis. «Alors, s'il y a manipulation, poursuit-il, oui, le général Rondot a raison, elle peut éclabousser le sommet de l'Etat.» Et Villepin de conclure en renversant la perspective pour se poser en victime: «C'est une instrumentalisation qui malheureusement nous a conduits ici aujourd'hui