C’est la première conséquence de l’échec du rachat de SFR. Bouygues Telecom s’apprête à s’engager dans une cure massive d’austérité et de réduction d’emplois. Selon le Figaro, l’opérateur de téléphonie pourrait supprimer entre 1 500 et 2 000 emplois, soit 23 % de ses effectifs dans les prochains mois.