Loi sur le travail: deux débats pour une motion de censure

Par

Le gouvernement a échappé à la motion de censure déposée par la droite, mais pas aux débats qui secouent sa majorité. Près de trente députés socialistes étaient prêts à demander la démission de l'exécutif, et leur initiative a alimenté les discussions à l'Assemblée, de façon plus intense que les jeux de rôle partisans en séance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y avait deux débats en cours à l’Assemblée nationale, ce jeudi 12 mai. Le premier, prévu à l’agenda et relativement traditionnel, mettait le gouvernement et sa majorité parlementaire, défendant la loi El Khomri, face à l’opposition. Suite au recours à l’article 49-3 de la Constitution par le premier ministre, Manuel Valls, le mardi 10, lors du débat parlementaire sur la loi sur le travail, la droite a déposé une motion de censure, comme cet alinéa constitutionnel l’y autorise. Si la motion était votée par la majorité des députés, soit 288 voix, la loi était rejetée, et le gouvernement tombait. Mais à l’issue des débats et du vote, seuls 246 députés ont finalement approuvé la motion. La loi a donc été adoptée en première lecture et le gouvernement se maintient. Un résultat somme toute conforme aux prévisions.