Croquis. Législatives aussi, rien ne se passe comme prévu…

Par

Le scrutin se jouera pari contre pari. Macron a pris un risque absolu en présentant une écrasante majorité d’inconnus. Ses adversaires en prennent un autre en espérant, pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, que l’Assemblée corrigera un président à peine élu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur les 428 candidats présentés hier par Richard Ferrand, le secrétaire général de La République en marche, la moitié sont des bleus. Si cette innovation devait amener à dégager une majorité parlementaire, la nouveauté serait encore plus déstabilisante que l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée. Nous n’y sommes pas. Au-delà de la répartition entre hommes et femmes, ou de membres de la société civile et de la société politique, ce chiffre donne la mesure du pari présidentiel. Élu à la plus haute charge, le nouveau président compte multiplier les pains. Il escompte donner naissance à des tas de petits et de petites Macron, sur l’ensemble du territoire.