Droite populaire : la «digue» anti-FN prend l'eau

Par

La Droite populaire se présente, depuis sa création en 2010, comme un « barrage » face au Front national. Les résultats du premier tour des législatives et les désistements entre FN et UMP démontrent le contraire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Citez-moi un seul député de la Droite populaire qui a fait un accord avec le FN ? » nous défiait Thierry Mariani, le cofondateur du collectif, lors d’un entretien, en 2011, expliquant que « tout accord serait préjudiciable »« S’il y a des alliances avec le FN, elles ne viendront pas de la Droite populaire », affirmait à Mediapart un autre membre de la Droite populaire, avant les législatives.