La République des comptables à lunettes

Par

« On fait campagne en poésie, mais on gouverne en prose » : François Hollande préside en chiffres. L’impasse narrative et politique du pouvoir socialiste n’est pas réductible à un défaut de communication. Elle est le fruit d’une déconnexion historique entre la souveraineté de l’État et la représentation du pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que l’exercice du pouvoir soit une expérience décevante par nature, il n’y a pas lieu de s’en plaindre ni de s’en étonner, tant qu’il s’agit de faire l’épreuve du réel, de mesurer l’étroitesse des marges de manœuvre dont on dispose, de faire face à la déception inévitable de ceux qui vous ont soutenu et à l’hostilité de ceux que vous avez battus. Vieille lune que cette décote des illusions au contact du réel. « On fait campagne en poésie, mais on gouverne en prose », avait l’habitude de dire Mario Cuomo, l'ancien maire de New York.