Sur les terres du RN, les héros des courses camarguaises sont des enfants d’immigrés

Par Prisca Borrel (Le D'Oc)

Depuis 20 ans, les nouveaux as de la course camarguaise se prénomment Mouloud, Sabri, Youssef, ou encore Zakaria… Enfants d’immigrés, ils se sont pris de passion pour ce sport profondément ancré dans le patrimoine local. Un symbole que certains ne digèrent toujours pas dans ce milieu politiquement acquis à la cause de l’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le public, les chapeaux de cow-boy, les bottes épaisses, et autres chemises provençales sont légion. Les Camarguais les moins jeunes revendiquent encore leurs traditions de pied en cap. Mais lorsqu’un taureau frôle le fessier d’un coureur, le public retient son souffle comme un seul homme. « Avise ! », s’écrit l’un d’eux en provençal. Dans l'arène, les jeunes champions sont, eux, bien souvent d'origine maghrébine. Comme avant eux, les enfants d'Italiens ou d'Espagnols.