Sciences-Po: un «new management» version «management de la peur»

Par

Rémunérations des salariés liées à la satisfaction des étudiants, formulaires d'évaluation obligatoires, cours remplacés par des vidéos en ligne, américanisation des diplômes: Sciences-Po vit à l'heure du «new management». L'école se veut «une entreprise de services d'éducation». Cette mutation, accompagnée d'un cycle de réformes permanentes depuis 13 ans, a dégradé les conditions de travail des personnels dans l'indifférence générale. Certains d'entre eux dénoncent pourtant un «management de la terreur», fait de stress et de coups d'éclat permanents. Troisième volet de notre enquête sur Sciences-Po.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Septembre 2009. La fameuse bibliothèque de Sciences-Po, au 27 de la rue Saint-Guillaume, est fermée pour travaux. Dans un an, les rayonnages devraient courir sur cinq étages, ouverts au Wifi et égayés d'un plancher de verre. Ce n'est pas le seul changement qui attend les documentalistes : une partie de leur rémunération devra prendre en compte la satisfaction des usagers.