Ils sont une petite dizaine regroupés autour du poste de télévision, jeudi 12 janvier, pour suivre le premier débat de la primaire socialiste qui oppose sept candidats. Pas d’impatience chez ces militants de la section socialiste de Roubaix, mais une curiosité manifeste. « En raison de l’annonce de la non-candidature de Hollande, le 1er décembre, puis la coupure des fêtes, la campagne de la primaire aura été beaucoup plus courte que celle de la droite, regrette Romain. Il était temps que le débat ait lieu. »