La campagne militante de Hollande expérimente le «modèle bostonien»

Par

Au-delà des clichés sur les « campagnes à la Barack Obama », trois chercheurs français de Harvard et du MIT ont peu à peu imposé leur modèle de mobilisation dans la campagne de François Hollande. Comment mettre en place un nouveau type de porte-à-porte visant les abstentionnistes? Enquête sur un renouvellement des pratiques militantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand on rencontre Marc Mancel, responsable de la mobilisation dans l’équipe de campagne, au QG de François Hollande, pour causer dispositif militant, on est d’abord noyé par l’avalanche de chiffres et d’objectifs. 150.000 volontaires, huit pôles régionaux de formation, un organigramme pyramidal où l’on croise formateurs nationaux, animateurs locaux et militants de terrain, 5 millions de foyers visés, un site internet d’«activisme» sous la houlette de Julien Dray (Vivement-mai.fr), une opération “Faites du changement” prévue le 17 mars prochain, avec 3.000 à 5.000 points de rencontre sur le territoire…